ou “La légende de Saint-Ké”

Dans une auge de pierre, sans aviron, sans voile, sans vivres, débarqua un jour Saint Ké (ou Kénan ou encore Colodoc), ermite venant de Cambrie (sud du Pays de Galles). Parvenu, non sans mal, dans l’anse de Kertugal (quartier toujours existant), il fut accueilli brutalement par les lavandières qui prirent peur à sa vue, convaincues qu’il s’agissait d’un démon. Battu avec des branches de genêt, il fut laissé pour mort. Lorsque le saint homme pria la Vierge de lui venir en aide, elle lui apparut et fit jaillir une source sous ses pas qui soigna ses blessures. Elle le guida ensuite jusqu’à un buisson de ronces où il se reposa. Le lendemain, les femmes qui l’avaient battu, implorèrent son pardon.

A l’emplacement où jaillit la source fut construite la Fontaine Saint-Quay et, à celui où il se reposa, la première chapelle Notre-Dame de la Ronce aujourd’hui détruite.

fond_st_quay

La petite anse de la fontaine Saint-Quay était exposée aux vents du nord-est particulièrement violents dans cette zone du littoral et n’offrait pas toute la sécurité que les navires recherchaient. Le port fut déplacé sur le site actuel.

st quay 3

Le nom de Portrieux aurait une double origine. Pour certains, il viendrait des filets pour la pêche appelés, dans cette baie, des “rieux”. Pour d’autres, il s’agirait du nom donné aux feux allumés par les Armoricains, sur les points les plus élevés des falaises, pour correspondre d’un village à l’autre ou servir de repères aux marins. Ce nouveau site, beaucoup mieux protégé, se développa très vite : dès 1612, les premiers bateaux partaient pour la pêche à Terre-Neuve. Saint-Quay Portrieux se développa autour de ses activités maritimes. Il fut ainsi le premier port de la baie de Saint-Brieuc à être aménagé avec la construction d’ouvrages d’art profitant des avantages naturels de la situation tout en facilitant le trafic et la sécurité des bateaux. Les travaux se succédèrent à rythme régulier jusqu’en 1871. Dans les années 70 le développement de la pêche à la coquille Saint-Jacques fit reprendre les travaux au Portrieux. En 1971, la construction d’une extension permit de fermer le port et d’accroître sa capacité d’accueil.

saint-quay-ld

En 1990 Saint-Quay Port d’Armor, premier port en eau profonde entre Cherbourg et Brest, redonnait tant à la plaisance qu’à la pêche le dynamisme attendu pour un tel site. C’est aujourd’hui le 5ème port Français pour la pêche et la capitale de la Coquille Saint-Jacques en France.

081110_001_st-quay-portrieux-ancien-port