Elle n'avance pas très vite, mais elle avance cette salle d'eau du rez-de-chaussée ; le sol a été carrelé à l'identique du reste de la maison et la douche a été créée. Douche à l'Italienne entièrement maçonnée et hydrofugée avant d'être mosaïquée. Les murs, en placo hydrofuge, ont été enduits de deux à trois couches d'isolant hydrofuge, les angles habillés d'un revêtement étanche.

DSC09711 (Copier)

Si on y regarde avec attention, on peut apercevoir, à gauche de la douche, la hauteur de la dalle qui fait une légère surépaisseur de la valeur de l'épaisseur de la mosaïque. Il fallait impérativement qu'il y ait une pente régulière jusqu'au caniveau, tout comme depuis le caniveau la douche remonte légèrement vers le mur. Une déclivité obligatoire pour guider l'eau vers les fentes du syphon.

DSC09712 (Copier)

Le caniveau étant "à carreler", il n'est pas encore posé au fond de son emplacement et paraît surélevé. Il l'est !

DSC09713 (Copier)

DSC09714 (Copier)

Sur ce dernier cliché, on prend bien conscience de l'épaisseur de la proéminence représentant en fait le creux dans lequel a été placé le lave-main dans les toilettes, de l'autre côté de la cloison.

Une paroi de verre viendra séparer la douche du reste de la pièce avec, au bout, un déflecteur articulé pour éviter les éclaboussures mais également pour ménager une entrée relativement large dans la douche. Entre la fin du panneau de verre majoré de son déflecteur et l'angle de la proéminence "lave-main", il ne restera environ qu'une vingtaine de centimètres ouverts. Quand le déflecteur sera articulé pour jouer le rôle de porte, on aura donc un passage libéré d'environ 65 cm de largeur : une belle ouverture. En cas de problème de mobilité, l'accès devrait rester aisé.

La douche ainsi refermée empêchera les projections d'eau dans la salle d'eau mais, également, retiendra les vapeurs chaudes de la douche afin que l'ambiance n'y soit pas froide.