Les travaux ont repris à l'étage et la première étape a consisté à changer les portes. Tout était désastreux. Sans doute des portes de récupération qui n'étaient même pas identiques. Nous avons choisi des portes pré-formées assez peu chères qui sont aussi pré-imprimées et que nous peindrons quand nous aurons défini notre déco de là-haut. Rien que changer les portes change totalement l'ambiance même s'il a fallu casser les murs pour sceller les encadrements.

DSCN1328 (Copier)

Il y a désormais une porte de plus sur le palier de l'étage : une porte sur la cloison du fond. Il y aura un placard, installé dans l'espace qu'occupait le ballon d'eau chaude à l'époque où il se trouvait au premier. Compte-tenu des risques de fuites et d'inondation, le ballon a été redescendu dans l'arrière-cuisine. De ce fait, le plombier va ôter toute la tuyauterie désormais inutile et nous installerons des étagères ou une penderie dans ce placard nouveau.

DSCN1329 (Copier)

C'est tout de même plus clean que ce que nous avions... Avant nous avions des portes lisses, fatiguées d'avoir été peintes et repeintes (avec plus ou moins de doigté). Les poignées étaient disparates, façon provençale (métal genre forgé) en recto et mauvaise poignée de bois en verso.... Dessous, parfois on aurait fait passer un autobus, d'autres fois, ça frottait au sol.

P1060305

Et puis, dans l'élan, le travail s'est orienté vers la salle d'eau. Nous comptions faire avec l'existant dans la mesure du possible. La douche ne nous paraissait pas si vieille ni si mal adaptée, le toilette avait une bonne cuvette et il fallait juste changer la réserve d'eau quant au lavabo, il est en très bon état sans coup ni casse mais se trouve sur un meuble totalement déglingué.

En voulant éviter le frottement de la porte sur le carrelage, il s'est avéré essentiel d'enlever les carreaux, cassés pour la plupart puisque posé sur un plancher trop fin. Les pas donnant du mouvement au sol, les carreaux minces ont cassé par leur milieu pour la plupart. Mais ôter le carreau n'est rien. Il faut aussi ôter la colle et là, c'est le petit marteau piqueur qui s'est avéré le seul instrument efficace.

Une fois la colle partie, le plancher a livré tous ses secrets.... Totalement déformé aux abords de la douche, il avait pris une forme cintrée qui avait été compensée par une sorte de ragréage pour retrouver la planéité. Pourquoi ces plaques avaient-elles tant bougé ? Petit à petit les découvertes se font : il y a eu des fuites constantes et persistantes. Fort heureusement, l'humidité n'a jamais rejoint les plafonds du rez-de-chaussée mais le plancher est pourri. Il faudra envisager changer une ou deux plaques. Malheureusement, si l'humidité n'est pas descendue, elle a monté !!! Les cloisons ont pompé l'eau. Il faut changer les plaques murales...... Wouah...

DSCN1330 (Copier)

DSCN1331 (Copier)

Derrière les cloisons une autre découverte : les tuyauteries sont restées libres. Rien n'a été fixé. Les jointures sont faites comme elles se présentent : certains raccordements forment des becs peu propices à la bonne circulation de l'eau et plutôt favorables aux fuites.

Alors exit le carrelage, exit les cloisons, exit la douche, exit le lavabo et son meuble, exit la chasse d'eau.....  Rholala... Cela s'annonce compliqué et plus onéreux que prévu !!!

DSCN1349 (Copier)

Monter à l'étage engage le visiteur à bien des mauvaises surprises : les chambres sont noyées de poussière (le marteau-piqueur !), le grenier regorge de sacs de poudre de plâtre, de ciment, de joint, d'enduit.... On ne met pas un pied devant l'autre. Alors, pour les photos, je tâcherai de faire au mieux mais il faudra patienter un peu !!!