Le vide avant le plein ? Le désert avant la luxuriance ? Comment définir un chemin que l'on parcourt à l'envers ?

DSC02457 (Copier)

Au départ, il y a un travail à fournir afin que l'existant prenne de la consistance.

DSC02459 (Copier)

Quelques aménagements afin que les trous s'emplissent de plantes et qu'elles soient mises en vedette avec quelques accessoires. Et puis il y a eu la réalisation d'une plate-bande jusqu'alors inexistante et où il avait fallu arracher des framboisiers piquants qui voulaient escalader les mauvais pare-vue nous séparant d'avec les voisins....

DSC02460 (Copier)

DSC02461 (Copier)

Quant à l'arrière, un futur espace à planter qui serait au pied d'un vilain mur, juste décoré de quelques trompe-l'oeil, histoire de faire croire à des portes qui ouvriraient vers un paysage absent...

DSC02480 (Copier)

Les pare-vue séparatifs ôtés, les fleurs s'exprimaient enfin sur le terrain vierge il y a encore deux ans. Les variétés se sont multipliées, les hauteurs se sont étoffées....

DSCN1842 (Copier)

DSCN1843 (Copier)

DSCN1845 (Copier)

DSCN1846 (Copier)

DSCN1847 (Copier)

Tout semblait bien aller, même en fin d'été quand les végétations se font plutôt vertes que colorées.... :

DSCN1581 (Copier)

Mais l'heure a sonné. Il est temps de créer cette allée qui manque pour aller du portail d'entrée à ce garage tout neuf qui a été construit au printemps. Il est temps que quelqu'un vienne bousculer les vieilles souches que l'on n'a pas pu arracher et que les espaces se dessinent enfin pour un jardin plus graphique, plus aéré et, qui sait, plus facile à entretenir ?

Alors il faut avancer le travail. Il faut ôter ce qui ne sera plus, il faut déplacer ce qui était prévu de l'être, il faut replanter. Pour déraciner plus gentiment, il faut rabattre, tailler, réduire.... Et espérer que les plantes reprendront pied et racines là où on les met, soit définitivement, soit en attendant de pouvoir les y reprendre.

DSCN3372

Cette partie de clôture qui est encore couverte de pare-vue en ruine doit en être débarrassée mais, pour accéder au fond de la plate-bande, encore faut-il qu'il n'y ait plus de plantes ; alors quelques dix heures de travail plus tard.... il ne reste que les "insurmontables" parce que trop installés, trop gros, trop lourds.... La mini pelle aura raison des souches encore en terre et des arbres qu'il faut enlever.

DSCN3373

Devant le mur du fond, les plantes ont pris leurs places. Peut-être encore un peu transparente, cette plate-bande prendra de la consistance dans les années qui viennent, à moins que les plantes, à force d'être déplacées, finissent par mourir d'épuisement ?

DSCN3374

Dans l'angle, un laurier-rose et des hortensias trop grands à ôter à la main ainsi que le seringat, réputé mort à notre arrivée, qui a refait plein de branches (et de fleurs au printemps) mais dont l'aspect fait quand même peur. Les Carex qui poussent à son pied doivent lui prendre toute son alimentation. Ses branches sont malingres, de travers, recouvertes de lichens et ne sont plus que bois morts pour l'essentiel de la plante. Donc..... exit !

DSCN3375

Sur cette longueur qui sera également débarrassée des panneaux en fin de vie, viendront s'attacher d'autres panneaux, de meilleure qualité, qui seront traités. La plate-bande sera encochée d'espaces où ne trouveront place que des pots tandis que les espaces de terre pourront être plantés d'espèces sans doute plus volumineuses.... Mais comme j'ai du mal à ôter les petites boutures qui ont bien repris, comme j'ai du mal à me séparer des plantules trop petites qui ne donnent de l'espoir que pour dans très longtemps. Et, pourtant, il faut trancher dans le vif..... C'est comme dans la vie, ma Pauvre Lucette, tant pis pour les petits, les obscurs, les mal nourris, les peu reluisants.... Quelle leçon !!!

DSCN3376

Il reste encore à "vider" tout cet espace afin qu'il n'y reste que l'olivier, en très bonne forme. Une fois la pelouse constituée, reviendront là quelques plantes pour l'instant mises en jauge dans de grands pots, voire dans un sac en plastique .... si le délai n'est pas trop long !

DSCN3377

Alors, sur l'espace arrière de la maison, les pots s'additionnent et se multiplient : plein de plantes sont mises en jauge et y seront à la fois à la fraîcheur et à mi-ombre, de quoi aussi recevoir les arrosages plus fréquents indispensables quand les plantes ne sont plus en pleine terre. Impossible de sonder le sol avec ses racines, il faut que le peu de terre alentour soit maintenue humide.... Difficile évaluation que de tenter l'humide sans atteindre le mouillé !

DSCN3379

DSCN3382

Quelques plantes seront peut-être sauvées d'une mise à mort par une tentative de transplantation dans un domaine peu accueillant mais qui sait, si cela fonctionne, les espaces vides sur la motte de terre posée au pied du mur arrière seront comblés de plantes montagnardes, peu exigeantes, et qui fleurissent discrètement.

DSCN3380

Des deux anémones du Japon que j'avais plantées, je n'en ai retrouvé qu'une seule.... Bizarre, bizarre... Vous avez dit.... Bref, voilà l'anémone déménagée et replantée au milieu de geraniums vivaces qui protègeront son pied des coups de chauffe. Cela dit, j'ai pu voir des anémones du Japon en aussi belle forme, qu'elles fussent plantées au soleil ou à l'ombre. Donc, pour celle-ci, j'ai plein d'espoir.

Idem pour ce petit fuchsia qui va certainement apprécier ce petit coin ombragé. Il va s'installer, il va grandir et faire grossir sa motte. Je suis persuadée qu'il s'en sortira bien. Il fera un bel arbuste.....  un jour !

DSCN3381 (Copier)

L'essentiel, le principal : la Véronique mauve a été retaillée et nettoyée. La "niche" que Gimmick s'y est faite petit à petit a été allégée des branches un peu dangereuses. La porte a été élargie, j'y mettrai un paillage au sol pour éviter qu'il ne rentre à la maison couvert de petites feuilles et brindilles et qu'il ne dépose le tout, gentiment, au beau milieu de la salle à manger !

DSCN3383 (Copier)

Maintenant j'espère que mon beau grand rosier "blanc" se fera à son nouveau logement. Un ou deux autres vont avoir droit aux mêmes conditions de survie prochainement. Pas demain, j'ai les muscles en compote....

DSCN3384 (Copier)

En tout cas, la retaille (un peu prématurée en saison) du rosier rouge m'aura au moins permis de me faire un joli bouquet printanier. Ma Butternut en roule des yeux incrédules de surprise !!!

DSCN3385 (Copier)

J'ai juste un peu de regrets car j'ai dû rabattre complètement le Ghislaine de Frénégonde, mon rosier grimpant, qui courait à l'angle de la façade de la maison. La souche sera extraite pour partir à la campagne. Le dernier volet des travaux consistera à ravaler la façade et le rosier a pris la très mauvaise habitude de noircir le mur. Seul le Solanum blanc aura droit de cité mais sera écarté du mur pour être attaché à une structure-support. Cela recréera l'effet de porche de passage entre terrasse et pelouse et aura l'avantage d'empêcher le Solanum de toucher le mur et de pousser jusque dans le coffre du store banne.

DSCN3386 (Copier)

En conclusion, nous ne serons pas parmi les "jardins préférés des Français" que présente Stéphane Bern. En tout cas, pas cette année et sûrement pas l'année prochaine non plus.... Mais d'ici deux ans ou trois, je pense que le jardin prendra tournure. Vivement ces photos-là !!! En attendant, il y a encore un peu de boulot !!! Ci-dessus, dans le sac en plastique, quelques agapanthes proposées à une voisine qui aura un jardin très bientôt. A mon désolement, je serai obligée de retirer d'autres agapanthes encore et j'espère trouver qui voudra les prendre car l'idée de détruire des plantes aussi merveilleuses (et vendues si chères chez les pépiniéristes) me fendrait le coeur....